4 Évolution de REDD, REDD+, etc.

La portée des REDD a été élargie au-delà des forêts et couvre maintenant tous les écosystèmes terrestres et côtiers. Les deux signes «   » à la fin de l’acronyme REDD indiquent cette portée élargie.

Voici une brève description de l’évolution des REDD.

REDD (Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts)

Inclusion des plantations

Selon les Nations Unies, une « forêt » est une superficie supérieure à 500 mètres carrés avec un couvert arboré d’au moins 10 % et des arbres qui atteignent une hauteur d’au moins 2 mètres. Cela signifie que selon cette définition, non seulement les forêts riches en biodiversité de l’Amazonie et du bassin du Congo sont considérées des forêts, mais aussi les millions d’hectares d’arbres plantés en monoculture. Les REDD incluent aussi ce que l’ONU appelle des « incitatifs pervers » à raser des forêts véritables et à les remplacer par des plantations d’espèces invasives comme le pin, l’eucalyptus, l’épinette ou l’acacia.[1] L’ONU permet aussi l’utilisation d’arbres génétiquement modifiés dans le cadre des REDD.[2]

REDD

Inclut plus de plantations et de récoltes forestières

REDD est REDD plus la conservation, la gestion durable des forêts et l’amélioration des stocks de carbone.

Voici une explication de ces trois concepts :

Conservation

Bien que la conservation des forêts semble une bonne chose, l’histoire de l’établissement de parcs nationaux et d’aires protégées comprend de nombreuses évictions massives de peuples autochtones et de communautés locales.[3] Comme le montre une étude récente, ces parcs et aires protégées ont obtenu des résultats inférieurs à ceux des forêts gérées par la communauté au chapitre du contrôle de la déforestation.[4]

Gestion durable des forêts (GDF)

Dans les négociations sur le climat, le terme « gestion durable des forêts » signifie exploitation forestière. De plus, notons que le terme « carbone temporairement non stocké » (temporarily unstocked carbon) signifie en fait coupes à blanc, une pratique également permise par les REDD.[5]

Amélioration des stocks de carbone

L’amélioration des stocks de carbone peut être mise en œuvre au moyen de vastes plantations en monoculture, avec des effets négatifs sur la biodiversité, les forêts et les communautés locales.

Paysages REDD

Paysages REDD,[6] comme son nom le suggère, est des REDD avec l’inclusion de paysages complets et peut inclure l’agriculture intelligente face au climat, également une forme de REDD centrée sur les sols et l’agriculture, laquelle peut même inclure l’agriculture biologique et l’agroécologie.

Dans la présente publication, lorsque nous parlons de REDD, nous nous référons à toutes les variantes de REDD. Nous utiliserons aussi le terme « projets de type REDD. » Les projets de type REDD ne sont pas officiellement des projets REDD, mais ils utilisent le carbone stocké dans les forêts pour générer des crédits de carbone et donnent une idée des impacts que pourrait avoir la mise en œuvre des REDD. Notons également qu’à l’heure actuelle, le système des REDD est dans la phase de « préparation », mais qu’avec la signature de l’accord de Paris en décembre 2015, les REDD pourraient bien passer à leur phase d’exécution.


  1. Indigenous Environmental Network, REDD= Reaping profits from Evictions, land grabs, Deforestation and Destruction of Biodiversity Plus Plantations and GMO Trees http://www.ienearth.org/REDD/index.html
  2. Décision de la CCNUCC qui permet l’utilisation d’arbres génétiquement modifiés dans les plantations pour l’afforestation et la reforestation. CCNUCC. http://unfccc.int/cop9/latest/sbsta_l27.pdf
  3. Dowie, Mark, Conservation Refugees, [notre traduction] « Depuis 1900, plus de 108 000 aires de conservation officiellement protégées ont été établies sur la planète, principalement sous l’exhortation de cinq sociétés de conservation internationales. Environ la moitié de ces aires étaient occupées ou utilisées sur une base régulière par des peuples autochtones. Des millions de personnes qui vivaient de manière durable sur leurs terres depuis des générations ont été déplacées dans l’intérêt de la conservation » (résumé). https://mitpress.mit.edu/index.php?q=books/conservation-refugees
  4. Carbon Trade Watch, What is REDD? http://www.carbontradewatch.org/issues/redd.html; http://www.carbontradewatch.org/publications/key-arguments-against-reducing-emissions-from-deforestation-and-degradation.html
  5. Indigenous Environmental Network, op. cit.
  6. Mouvement mondial pour les forêts tropicales, « REDD quitte les forêts pour envahir les paysages : la même chose en plus grand et avec plus de chances de faire des dégâts, » http://wrm.org.uy/fr/les-articles-du-bulletin-wrm/section2/redd-quitte-les-forets-pour-envahir-les-paysages-la-meme-chose-en-plus-grand-et-avec-plus-de-chances-de-faire-des-degats-3/

License

Icon for the Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License

Évolution de REDD, REDD+, etc. by No REDD in Africa Network is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License, except where otherwise noted.

Share This Book

Feedback/Errata

Comments are closed.