="http://www.w3.org/2000/svg" viewBox="0 0 512 512">

7 Les acteurs de REDD en Afrique

La liste ci-dessous des organisations actives dans la promotion s REDD en Afrique est loin d’être exhaustive, mais elle constitue un début. Les promoteurs des REDD en Afrique comptent dans leurs rangs nombre des grandes sociétés et agences de l’ONU présentées dans le graphique Who Benefits from REDD ? Players and Power [Qui profite des REDD? Acteurs et pouvoir]. Les acteurs identifiés dans la base de données incluent notamment : (notons que certains acteurs sont à la fois des bailleurs de fonds, des négociants de crédits de carbone ou des ONG.)

Pays et organisations régionales

Les pays africains et leurs ministères de l’environnement, de l’agriculture, des forêts, du tourisme, de la nature, des mines et les autorités des agences des forêts et parcs nationaux ; la Norvège, l’Union européenne, les États-Unis, l’Agence spatiale européenne (ASE), l’OSFAC (Observatoire satellitaire des forêts d’Afrique centrale) et les pays du BRICS (BRICS est l’acronyme d’une association des cinq grandes économies nationales émergentes que certains observateurs considèrent des puissances « sous-impériales » : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Les membres du BRICS font la promotion des REDD.

Les REDD ne se développent pas uniquement au plan national ; il existe aussi des initiatives régionales sur la planche à dessin. Selon le réseau d’information REDD de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), durant la rencontre ministérielle de la SADC tenue à Windhoek, Namibie, le 26 mai 2011, les ministres de la SADC, y compris celui du Mozambique, ont approuvé un programme régional REDD pour l’Afrique australe. Le programme de soutien au programme REDD de la SADC offre un cadre complet pour que la région participe activement au marché du carbone et en tire profit. Le but du programme est de [notre traduction] « contribuer à renforcer la capacité des États membres à concevoir des politiques et des programmes REDD tout en fournissant un cadre de coopération stratégique entre les États membres sur des questions d’intérêt régional. » Les ministres responsables de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles ont approuvé ce programme REDD , le SADC Programme on Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation (REDD ).

Le Mozambique sert probablement de laboratoire pour les projets REDD pilotes qui seront par la suite imités par d’autres pays de la région de l’Afrique australe ainsi que dans l’ensemble du continent africain. À ce titre, il est important de suivre de près la situation au Mozambique en ce qui concerne les accaparements de terres et les projets REDD, car les autres pays africains pourraient bien suivre son exemple. Des peuples de la région résistent à ces tendances. Le Fonds forestier du bassin du Congo promeut lui aussi une coordination régionale des REDD.

Agences de l’ONU, banques et bailleurs de fonds

Banque mondiale, Fonds pour l’environnement mondial (FEM), Fonds de partenariat pour le carbone forestier de la Banque mondiale, Fonds biocarbone de la Banque mondiale, Banque africaine de développement, Programme des Nations Unies sur l’environnement (PNUE), UN-REDD, UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), Fonds forestier du bassin du Congo (FFBC), avec des fonds de l’Union européenne, de la Norvège et d’autres ; KfW Bankengruppe, Department for International Development (Royaume-Uni), Partenariat Espagne-PNUE pour les aires protégées, Agence danoise de développement international (Danida), gouvernement de l’Allemagne, USAID, AFD/FEM – donateurs français publics, Nedbank et GTZ d’Allemagne, entre autres.

ONG, instituts et églises

WWF, Conservation International, World Resources Institute (WRI), Wildlife Conservation Society (WCS), GTZ, CARE International, Global Witness, Mouvement ceinture verte, REDDAF – REDD en Afrique, Code REDD, Envirotrade, Planet Action, Ethiopian Wetlands and Natural Resource Association (EWNRA), BCI – The Bonobo Conservation Initiative, Zoological Society of London, CED (Centre pour l’environnement et le développement), NOVATEL, Planet Survey (anciennement SNV), GFA Envest, Treedom, Nature Plus, Fondation pour le Trinational de la Sangha, GAF AG, Alternatives to Slash-and-Burn Partnership, Jadora, Développements internationaux Capno, Joint Organization of Ecologists and Friends of Nature (OCEAN), Livelihood Venture, Archidiocèse de Kikwit, BioCarbon Partners, ECOTRUST, Achats Services International (ASI), The Clinton Hunter Development Initiative, Malawi Environmental Trust (MEET), TBC, Vi Agroforestry (ViA), Wildlife Works, Inc., Tree Flights, Tany Meya Foundation, Programme holistique de conservation des forêts à Madagascar (PHCF), Institute for the Conservation of Tropical Environments (ICTE), Bioclimate, Oceanium, Wildlands, Conservation Trust, International Small Group and Tree Planting Program, Face the Future (anciennement FACE), Nature Office, VI Agroforestry, Mpingo Conservation and Development Initiative, Vision mondiale Australie, Vision mondiale Éthiopie, A Rocha Ghana, FORM, Eco2librium, Sustainable Use of Biomass – SUB//global-woods, Carbon Green Investments Guernsey Ltd., Sable Transport, Ltd – propriétaire terrien, Etc Terra, Clean Air Corporation, Camco, Fan Bolivia, GFW, Cameroon Institute of Oceanographic and Fisheries Research, Center for Tropical Research (CTR), Climate Stewards (R.-U.), Community Forest Associations, Coordination nationale, Ecosur Afrique, PrimaKlima-Weltweit et certains fonds de pension.

Universités

Arlomom Sénégal (Université Cheikh Anta Diop University de Dakar), Université d’État de New York à Stony Brook, Université d’Édimbourg et l’Edinburgh Centre for Carbon Management, entre autres.

Sociétés

Shell Trading, Forest Stewardship Council, Disney Productions, GMbH, Safbois SPRL – compagnie forestière, une filiale de l’American Trading Company, et la « société forestière » Pallisco, entre autres.

Négociants de crédits d’émissions de carbone

Global Green Carbon Corp, Carbon Me, South Pole Carbon Asset Management Ltd., Carbon Tanzania, Envirotrade Carbon Limited, ERA Carbon Offsets Canada (ses clients incluent Shell Canada et lululemon athletica), Catalyst Paper, Harbour, HSE-Entega, Vancity, Almia, Carbon Offset et Carbon2Green Development, Ltd, entre autres.

Agents de certification

Voluntary Carbon Standard; Climate, Community and Biodiversity (CCB); MDO ; TUV-SUD (Validation de MDP) ; JACO (Validation de MDP) ; Det Norske Veritas; Scientific Certification Systems (SCS); Carbon Fix; American Carbon Registry; Rainforest Alliance Standard; Plan Vivo; Norme du Fonds biocarbone de la Banque mondiale ; Ernst & Young ; Environmental Services, Inc. (ESI), notamment.

Acheteurs de crédits de carbone des forêts africaines ou d’autres sources de carbone

Parmi les acheteurs de crédits, on trouve notamment : l’État de la Californie, le Canada (BIRD), Canada (Carbon2Green), World Bank BioCarbon Fund, UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), l’Italie et BioCarbon (Italie), notamment.

Feedback/Errata

Comments are closed.